Ore Sanjou !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Geek zone

Les news et infos geeks

Fil des billets - Fil des commentaires

Dimanche 26 septembre 2010

Charles M. Schulz : 10 ans déjà...

10 ans déjà...

snoopyPendant mes vacances, j'ai dévoré les strips des Peanuts que j'avais apporté pour l'occasion : se prélasser sous le soleil du Loiret sur une chaise longue, avec pour seule compagne une bonne bande-dessinée est une activité très prisée chez certain (mon ami bretonnant ne me contredira pas sur ce point).
Charles Monroe Schulz est, avec ses Peanuts, l'un de mes cartoonist préféré. Celui qui m'a donné goût pour le dessin et la bande dessinée. Pendant 50 ans, il a dessiné quotidiennement des strips pour les journaux, ne tarissant jamais d'idée pour ses gags. Je regrette que la tradition du strip n'existe pas réellement en France pour nos quotidiens...

Bref.

Je réalise alors que ce cartoonist de génie nous a quitté voilà 10 ans ! 10 ans !
Une petite grande pensée pour lui rendre hommage sur ce blog.

L'une des forces des Peanuts est, à mon sens, son intemporalité : en regardant la date de publication d'une série de strips dont j'aurai pu jurer qu'ils avaient été écrits récemment, je réalise avec stupeur qu'ils datent... de 1959 !

51 ans ! Un demi siècle et pourtant toujours aussi frais à la fois dans le style graphique, les thèmes et l'humour.
Il est impossible à la seule lecture de ces strips de les situer dans le temps. Exploit dont serait bien incapable de se livrer un Titeuf par trop « encré » dans le 21ème siècle.

L'autre force des Peanuts est que chaque strip est à la fois indépendant et dépendant des précédents. Chaque gag se suffit en effet à lui-même, tout en faisant appel à de précédents gags et constituant au final une historiette s'étalant sur une ou plusieurs semaines : la lubie du moment de Snoopy, se prenant pour l'as de la première guerre mondiale combattant le Baron Rouge, Charlie Brown en colo...

Sans oublier les runnings gags qui couraient sur 50 ans !
Charlie Brown espérant chaque année des cartes de la St Valentin qu'il ne recevra jamais, Linus attendant à Halloween la Grande Citrouille, Charlie, encore lui, s'efforçant sans succès de faire voler son cerf-volant qui finira immanquablement dans l'estomac de l'arbre mangeur de cerf-volant...

Si, honte à vous, vous n'avez jamais mis la truffe dans une bd des Peanuts, je vous conseille cette sympathique anthologie au format poche, qui couvre les 5 décenies de la carrière de Snoopy et ses petits camarades : Peanuts, de Charles M. Schulz, aux éditions Rivages poche / Petite Bibliothèque, Code ISBN 9782743611484. 230 pages de strips pour 6,85€ (le prix d'un manga !)...

Dimanche 21 décembre 2008

Croquis

Entrainement sur les expressions des lèvres.

Capitaine Shedier

Le même encré.

Bon, plus que 6 mois avant Japan Expo et la finalisation de mon fanzine : ça va, no panique ;-)

Dimanche 8 octobre 2006

La chèvre ou la vie

Sharivan, le petit frère de X-Or (le shérif de l'espaaaace !) est enfin sorti en DVD, après 4 ans d'attente.
Les séries live niponnes des années 80 sont de grands chef d'oeuvre d'humour involontaire : je vous passerais l'ambiance kitsh, les fermetures éclairs bien visible sur les costumes des monstres, les cables permettant de faire voler le héros dans les airs mal camouflés et le fil électrique du tube de néon faisant office d'épée laser bien visible.

Les scénarios débordent d'humour, la preuve :

Le chef des méchants, parcequ'il est méchant, menace d'exécuter une innocente biquette si Sharivan (le héros) continue à les empêcher d'envahir la Terre :

  
Rends-toi ou on bute la biquette !

Sharivan, parceque c'est le gentil et qu'il aime les animaux, y peut pas supporter un tel chantage et craque :

 

Non pas la chèvre !

Heureusement, X-Or, qui a troqué son blouson de cuir contre un blouson blanc, s'en va libérer notre héros et sauver la biquette :

 
Laissez cette biquette en paix mécréants (oui, X-Or y cause bien) !

La prochaine fois, je vous parlerai de l'épisode des ordinateurs qui ont une photo de Sharivan collée sur leur microprocesseurs afin de le reconnaître.